mercredi 6 février 2008

Exploration au CO2

Petite sortie explo dans la grotte du CO2 avec les objectifs de terminer la topographie et l’escalade de l’Amie du pain. En même temps nous profitons de l’occasion pour initier Anne notre nouvelle recrue féminine. Nous rentrons dans la cavité vers 11h00, là le verdict tombe Vincent a pris trop de muscle, il faut agrandir l’entrée. Le reste du groupe avance pendant que Vincent et moi attrapons le hilti. Le passage mis à de bonne proportion nous rattrapons l’équipe au niveau du puits de l’arche pour partager le repas. Ensuite Armel et moi partons finir l’escalade pendant que les autres vont visiter le font et faire quelques photos. Me voici en haut de l’escalade où après quelques coups de masse le passage me laisse juste assez d’espace pour passer. Je me roule dans une farine de moldmich infâme, étroiture verticale sévère qui donne accès sur deux parties remontantes impénétrable. Je m’extrais plus mal que bien de se pétrin et je m’empresse de déséquiper l’amie du pain, y a plus qu’à changer de boulanger.
Nous rejoignons les autres après le siphon de sable. Là nous apprenons que notre cher président c’est fait mordre l’oreille par un œil de Bœuf et qu’il agonise... Ce trou porte bien son nom il doit y trainer un gaz hallucinatoire. En effet Alexandre arrive l’oreille ensanglanté après un combat acharné dont il ne fut pas le vainqueur. Céline Armel et moi attaquons la topographie des lieux en passant trois étroitures sévères dont celle de la pince oreille où un morceau de lobe pend en signe d’avertissement. Enfin nous retrouvons un méandre digne de se nom, d’ ailleurs c’est bizarre, ici tout résonne, il y a un fort écho, la suite ne serait elle pas par ici… Nous nous arrêtons à une intersection, le Memel doit rentrer, nous finirons le topo une autre fois, les passages les plus pénibles sont fait. Nous arrivons à la galerie de la coquille quand nous apercevons la 1ère main courante qui pend…La grosse stalactite qui faisait office de double amarrage à sauté. Le ressaut ne fait que deux mètres mais se mettre un vol ici peut faire très mal d’ autant plus qu’un puits très étroit de deux mètres se trouve à sa base. Nous voilà dehors, là nous apprenons qu’à nouveau les restes du président on subit quelques dommages…Longé de tout son poids sur la main courante il encadré le groupe dans se passage facile mais délicat. Tous sont passé comme d’ habitude et puis Big patapouf il se retrouva 3 mètres plus bas au fond du puits, le kit sur le dos à protégé le peu de barbaque encore intacte. C’est dingue nous avons sur équipé se trou, partout sauf là ou la facilité du passage nous à dissuadé de planter des spits d’ autant que cette stalactite amarré au lasso semblait tenir.
La leçon à retenir reste toujours la même, les accidents arrivent souvent dans les passages « faciles » ou nous mettons des cordes pour aider sans vraiment équiper. Soit on ne met pas de corde parce que le passage n’en mérite pas, soit on l’équipe correctement en doublant les têtes d’amarrage. Il ne nous reste plus qu’ a planter deux spits la prochaine fois, allez vilain garçon, carton rouge. Au fait c’est moi qui ai équipé, je n’ai plus qu’à rattraper les manuels.


TPST: 6h00 le 3/02/08

Grotte CO2

2 commentaires:

P'tit Président en miette a dit…

Salut tout le monde,

Je n'aurais pas pu mieux dire que Miguel !!!!

Tout est dit dans ces quelques lignes.

Il n'y a plus qu'à retourner dans le CO2 pour retrouver tous mes morceaux que j'ai perdu en route.
;-)

Alex

FiFyE a dit…

Que d'émotions !!!

Bravo pour le compte rendu...